Recherchez et découvrez les fiches des groupes et des artistes sur NewZeeK

En ce moment sur NewZeeK :

Winamp VLC Media Player iTunes windows Media Player Real Player

Echappés de Sangatte

Variété française

Origine: Limoges (87)

Influences: Noir Désir, Têtes Raides, Thiéfaine, Gotan Project

Qui est-ce?

Nous sommes Échappés de Sangatte
Notre utopie nous déborde.
Nos influences nous criblent de partout.
En quête de justice et de paix,
désengagés, mais pour la moindre conséquence:
une petite musique.
nés vers 2008
Âge de raison vers 2010
Une banderole de grands coeurs,
Sensibles
Quelques échos par-ci, par-là
Un grand théâtre qui nous abrite,
Centre dramatique national,
le théâtre de l’Union a fait notre force.
Rencontres avec Fersen, Lantoine, Minvielle.
Quelques défenseurs, peu de détracteurs.
Des poils en hérisson
Une humilité nécéssaire, une envie de partager
une embarcation tenace, qui ploie mais ne rompt pas.
on cavale avec des rames

ÉCHAPPÉS DE SANGATTE a été imaginé dès les premiers projets de démantèlement du camp de réfugiés du Pas de Calais.

Autour du Taj Mahal s’élèvent les chants obscurs des âmes des tailleurs de marbre sacrifiés à son érection.
De même, errent dans Sangatte les fantômes des bonnes intentions de la multinationale Europe.
L’histoire ne retient que les édifices.
Notre désir a été de travailler sur cette mémoire qui nous échappe, cette mémoire défaillante qui crée le lapsus «échappés» de Sangatte.
La compagnie a eu le projet de monter un spectacle musical.
Le trajet de cette échappée est un «tour du monde sans carte de séjour», mais, comme les âmes sacrifiées, un tour du monde «en soi-même»,
non pas tourisme exotique mais méditation endotique.


Le matériau sonore est donc le fruit de ce qui est arrivé jusqu’à nous. comme la trace des violons afghans et des éclats des bouddhas de Bâmiyân
déterrés après le passage des Talibans.
La musique témoigne.


Le spectacle commence dans le noir, le spectateur y retrouve un sens primordial: l’ouïe.
L’affiche rouge est dans la mémoire de la France, mais elle lui semble aujourd’hui étrangère.
Surgissent des voix serbes, échantillons sonores catapultés, aux limites de notre capacité à entendre puisqu’à comprendre. La mesure de cette
première composition contient treize croches. Dans l’arrangement aussi nous travaillons sur l’incompréhension de ce qui nous est étranger. Une
cloche retentit pour sonner l’alarme. Au sens nous substituons la sensation.


Nous entrons ensuite dans des formes musicales plus rassurantes, traditionnelles, des transes qui invoquent des sentiments forts.
D’abord la rage, fondatrice, qui nous a fait venir au seuil du monde, le plateau, puis la colère slamée...
Les limbes s’invitent et font résonner la vieille chanson moyen-âgeuse d’un croisé qui revient de «terre sainte» avec le souvenir des harems...
Croisade des cultures. L’amour s’invite. Puisque une chanson est toujours une chanson d’amour.
Nous parcourons le coeur comme le monde avec une fièvre de plus en plus festive avant de finir avec un morceau en hommage à l’Afrique
(continent avenir) qui se construit progressivement depuis les polyrythmies traditionnelles jusqu’à l’afrobeat, le disco et la musique répétitive
contemporaine qui fait bouger les foules. Une voix scande «attention il ne vous reste que trente secondes de musique vivante» et tout s’arrête.
Il n’y a pas de salut mais les musiciens envahissent la foule, égaux.


Les spectateurs qui témoignent parlent de voyage, de chant corse, d’avoir eu l’impression d’être au coeur des plaines de l’atlas.
Nous ne cherchons qu’à incarner ce qui échappe, ce qui permet de s’échapper, ce qui nous rappelle notre désir envers les autres: une sincérité
et une liberté telles que le camp de Sangatte devienne, dans notre souvenir utopique, une prison.

Hobbies:

Les Hommes et les Femmes.

Multi-media:

Ils en parlent :

Dossier de presse (.PDF)

Voilà un groupe au nom qui sent l’engagement et qui s’étale sur un monde poétique et politique.  Échappés De Sangatte nous embarque sur leur  vieux navire en version live et tente de nous convaincre de leurs propos. Les lumières se tamisent et voilà que résonne l’accordéon sur Civelles, en toute intimité avec  la voix d’ Adrien … Moment d’émotion posé sur un  silence à peine troublé par quelques notes et le texte, comme une fuite vers de nouveaux rivages.

Les mots sombres et  à contrecourant s’impactant sur une dérision incisive, et une sincérité de circonstance ! Mademoiselle, je voudrais savoir si… Seul sous le projecteur,  entre rock et chanson française, où les paroles accentuent la musique et devient le principal rythme d’un art essentiel.  L’accordéon s’entrelace continuellement aux mouvements de chacun des titres faisant tomber sans mal les frontières musicales, sur une générosité plus que talentueuse.  J’y retrouve des airs de Thiéphaine,  distillant de magnifique témoignage sur l’ambiguïté de notre société actuelle.  Allez à l’usine en écoutant Uzi (n’en Chine) sur des airs enjoués, un sacré bouillon de culture qui met si bien l’humanité à nue.  Je prends l’air en chambre, sur un cri hispanique d’une douce ballade rock,  musique qui rime avec une sensibilité écorchée. Me voilà déjà sur le titre final, tout en afro-beat avec Affrogatte,  musique citoyenne et parfaitement mature,  invitation pour un voyage sur un flux des mots décomplexés. Que dire de plus !

Derrière un artwork de qualité,  ils nous offrent un produit riche et de qualité,  à l’émotion prononcée.  Leur musique se déguste, se vit et s’accorde parfaitement avec la sensibilité qui rôde en chacun de nous.  Issues d’un calibrage inattendu, leur album réclame une grande écoute pour en capté toutes les subtilités. A découvrir au plus vite…
( Zikannuaire le 25/05/2012)

Contacts:

Contact Management et Booking : philippe.labrousse@lembarque.fr